PATRICK LAUMOND ISSUE #7

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Patrick Laumond

 

Laz: Abbiamo scoperto il lavoro di Patrick Laumond nel quale le costruzioni bianche e le linee strette in un cosmo infinito rappresentano un’arte spaziale, dove ciascun pensiero concettuale ci porta a riconsiderare lo spazio nel quale viviamo.

Ciò che vi ha portato, in un tale sistema fluido che esiste attualmente, per definire la vostra ricerca, un movimento, una parola che evoca l’avanguardia degli anni 1900?

 

P.L. Il MetaHismo é un arte il cui movimento é integrato all’opera stessa e non nel senso di movimento del passato. Il MetaHismo si caratterizza per il rapporto dialogico tra elementi che compongono l’opera nella sua interezza, per la creazione di un legame cognitivo visibile o invisibile che percorre l’opera nella sua globalità, integrando la rappresentazione di un inizio, di un centro e di una fine possibile. Per analogia, il fisico Richard Feymann, conosciuto per il suo completo percorso di accostamento alla meccanica quantistica, che descrive l’idea di una particella che va d’un punto ad un altro, attraverso tutti i possibili percorsi che congiungono questi due punti. Posso analizzare il movimento grazie alle relazioni di casualità di un’opera verso un’altra opera, oppure per delle nozioni di equilibrio nello squilibrio che introducono delle tensioni, delle forze d’attrazione e di repulsione simultanee che si equilibrano vicendevolmente (teoria della gravitazione), del limite nell’illimitato, dello statico nella dinamica, etc...Tutte queste relazioni d’opposizione benché indissociabili le une dalle altre, non possono essere ottenute che a partire da un movimento.

Il MetaHismo é anche un approccio di sovrapposizione degli stati: lo stato di un opera sola nel senso di “elemento dello spazio Hilbert” si trova sistematicamente in due stati differenti e ovunque contemporaneamente in reazione a due stati di decomposizione propri dell’opera stessa (genesi dell’ opera macchiata e dell’opera bianca, locale/ globale). Tutte le parti elementari dell’ opera MetaHiste sono interdipendenti, esse interagiscono le une con le altre (pensiero dell’imbarcazione) in un movimento ciclico e in cerchi dialogici retroattivi che danno luogo a una forma auto-produttrice dell’ opera.

Il MetaHismo va oltre lo spazialismo, in quanto integra l’idea della separazione e dell’unificazione dello spazio/tempo alle altre forze che reggono l’universo, come le relazioni gravitazionali tra gli elementi, le interazioni forti e deboli, come pure la diffusione di elementi da un punto (opera macchiata) per passare attraverso lo spazio (opéra bianca-effetto di ridondanza).

Che é una risonanza propria all’entità dell’elettromagnetismo.

A causa della sua tipologia, il MetaHismo é un’opera infinita e l’infinito é un pensiero di un movimento perpetuo.

 

Laz: Il bianco, le rette, il nero e i colori puri esplosi, schemi ripetuti e mai uguali. L’archetipo ossessivo della misura, lo spazio come memoria, quest’arte ci aiuterà ad avere una chiave di lettura sulla nostra condizione umana?

 

P.L. Solo i colori visibili del MetaHismo sono il rosso, il verde, il blu (sintesi addizionale) che per spettrometria dà un bianco perfetto, il più puro. Il colore giallo (colore di sintesi sostrattiva) si integra in maniera invisibile e spettralmente agile altri colori. Partecipa all’invecchiamento dell’opéra stessa, e dimostra il lato effimero di tutte le cose (passaggio dal originale ad un altro stato).

Non considero solamente lo spazio sotto forma di ricordi ma come una parte del tutto, collegato ad altri settori, ugualmente inglobata in un altro spazio più grande e tutto ciò ripetuto all’infinito. Inoltre lo spazio definisce le relazioni del passato, del presente e del futuro simultaneamente.

Il MetaHismo non è solamente un’opera di decrittazione dell’arte ma una ricerca assoluta di un legame comune tra la conoscenza, l’essere, le causalità, le possibilità, l’universo e ciò che ci circonda.

É confrontando e combinando i principi di base della progettazione quali lo stato di squilibrio, di unità nella molteplicità, di pieno nel vuoto, di positivo nel negativo, di uno stato verso un altro stato, al fine di poter pensare dei processi complessi.

Effettivamente, il MetaHismo é una modellazione del pensiero complesso, dove tutte le opere sono tessute e incastrate le une nelle altre, accettando le nidificazioni di ogni area del pensiero. Il MetaHismo è un effetto specchio legato alla meccanica del movimento del pensiero, come una forma di autoreferenzialità dell’arte e di ciò che ci circonda, ove tutte le letture sono possibili. Questa ricerca comprende i concetti come dimensioni ologrammiche, frattali, spaziali, etc....

 

Laz: L’estremo ordine, la geometria scandita punteggiata da sinfonie di linee precise mi dà l’idea di un ordine “universale” … il lavoro continuerà su questa direzione o il caos potrebbe intervenire in un evoluzione imprevista?

 

P.L. Il MetaHismo applica che l’idea dell’ordine possa essere al tempo stesso ordine e disordine. Queste nozioni contrarie possono essere ovunque nello spazio, tutto è collegato. L’evoluzione è integrata in un inizio, un centro ed una fine possibile come un elemento facente parte del TUTTO. Il caos come l’armonia sono anche due pensieri aventi egualmente un inizio, un centro e una fine possible, così come l’evoluzione.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Patrick Laumond

 

Laz: Nous avons découvert le travail Patrick Laumond où les constructions blanches et des lignes serrées dans un cosmos infini représentent un art “spatial”, où chaque pensée conceptuelle nous amène à reconsidérer l’espace dans lequel nous vivons.

Ce qui vous a amené, dans un tel système fluide qui existe actuellement, pour définir votre recherche, un mouvement, un mot qui évoque l’avant-garde des années 1900?

 

P.L. Le MétaHisme est un Art dont le mouvement est intégré à l’oeuvre elle-même et non pas dans le sens du mouvement d’autrefois. Le MétaHisme se caractérise par des rapports dialogiques entre les éléments qui composent l'oeuvre dans sa globalité, par la mise en place d’un lien cognitif visible ou invisible parcourant l’oeuvre dans son entièreté, intégrant la représentation d’un début, d’un milieu et d’une fin possible. Par analogie, le physicien Richard Feynman, connu pour son approche d’intégrale du chemin en mécanique quantique, qui décrit l’idée d’une particule allant d’un point à un autre, passe par tous les chemins possibles qui relient ces deux points. Je peux analyser le mouvement par les relations de causalité d’une oeuvre par une autre oeuvre, ou bien par des notions d’équilibre dans le déséquilibre qui introduisent des mises en tension, des forces d’attractions et de répulsions simultanées qui s’équilibrent mutuellement (Théorie de la gravitation), de la limite dans l’illimité, du statique dans la dynamique, etc... Toutes ces relations d’oppositions et pourtant indissociables les unes des autres ne peuvent être obtenues qu’à partir d’un mouvement. Le MétaHisme est aussi une approche de superposition des états : l’état d’une oeuvre seule au sens “élément de l’espace Hilbert” se trouve systématiquement dans deux états différents et partout à la fois, par les relations de décomposition de deux états propres de l’oeuvre elle-même (Genèse de l’oeuvre tachée et de l’oeuvre blanche, local/ global). Toutes les parties élémentaires de l’oeuvre MétaHiste sont interdépendantes, elles interagissent les unes avec les autres (Pensée de l’imbrication) dans un mouvement cyclique et en boucles dialogiques rétroactives donnant lieu à une forme auto-productrice del’oeuvre. Le MétaHisme va au delà du spatialisme, puisqu’il intègre l’idée de la séparation et l’unification de l’espace/ temps aux autres forces qui régissent l’univers, comme les relations de gravitation entre les éléments, les interactions fortes et faibles, ainsi que la propagation des éléments partant d’un point (oeuvre tachée) pour aller dans tout l’espace (oeuvres blanches-Effet de redondance), qui est une résonance propre à l’entité de l’électromagnétisme. De part sa typologie et de sa topologie, le MétaHisme est une oeuvre infinie et l’infini est une pensée d’un mouvement perpétuel.

 

Laz: Couleurs explosives noires, blanche, lignes droites et pures, schématiques répétées qui ne sont jamais les mêmes. L’archétype obsessionnel de mesures, l’espace sous forme de souvenirs, cela peut-il nous aider à déchiffrer l’art de notre condition humaine?

 

P.L. Seules les couleurs visibles du MétaHisme sont le rouge, le vert, et le bleu (Synthèse additive)qui par spectrométrie donne un blanc parfait, le plus pur. La couleur jaune (Couleur de synthèse soustractive) s’intègre de façon invisible et spectralement aux autres couleurs. Elle participe au vieillissement de l’oeuvre elle-même, et démontre le coté éphémère de toutes choses (Passage de l’originel à un autre état). Je ne considère pas seulement l’espace sous forme de souvenirs mais comme une partie du TOUT, relié à d’autres espaces , et que cette partie est également englobée dans un autre espace plus grand et tout ceci répété à l’infini. En outre, l’espace définit les relations du passé, du présent et du futur simultanément. Le MétaHisme n’est pas seulement une oeuvre de décryptage de l’Art mais une recherche absolue d’un lien commun reliant la connaissance, l’être, les causalités, les possibilités, l’Univers, et ce qui nous entoure. C’est en confrontant et en associant des principes fondamentaux de conception, comme l’équilibre dans le déséquilibre, d’unité dans la multiplicité, du plein dans le vide, du positif dans le négatif, d’un état vers un autre état, afin de pouvoir penser des processus complexes. Effectivement, le MétaHisme est une modélisation de la pensée complexe, ou toutes les oeuvres sont tissées et enchevêtrées les unes avec les autres, acceptant les imbrications de chaque domaine de la Pensée. Le MétaHisme est un effet miroir relié à la mécanique du mouvement de la Pensée, comme une forme d’autoréférence de l’Art et de ce qui nous entoure, oü toutes les lectures sont possibles. Cette recherche inclut les concepts comme les dimensions hologrammiques, fractales, spatiales, etc... Le MétaHisme est une recomposition formelle et unificatrice du TOUT.

 

Laz: Cet ordre extrême, géométries exactes ponctuées par des symphonies de lignes précises, me donne l’idée d’un ordre universel. Votre travail se poursuit le long de ces lignes, ou le chaos pourrait intervenir avec une évolution inattendue?

 

P.L. Le MétaHisme applique que l’idée de l’ordre peut être à la fois un ordre et un désordre.Ces notions contraires peuvent être partout dans l’espace, le tout relié. L’évolution est intégrée dans un début, un milieu et une fin possible comme un élément faisant partie du TOUT. Le chaos comme l’harmonie sont aussi deux pensées ayant également un début, un milieu et une fin possible, au même titre que l’évolution.